urneVOTELes établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre font désormais partie intégrante de nos territoires. Véritable fil rouge des récentes réformes territoriales, l’intercommunalité a permis une meilleure organisation du pouvoir local.

Grâce à cette organisation, deux grandes améliorations sont en effet intervenues dans l’exercice quotidien de ce pouvoir. En premier lieu, une meilleure mutualisation des équipements publics. En second lieu, un pouvoir financier renforcé par la coopération intercommunale, désormais capable de mieux négocier et d’investir davantage dans des infrastructures.

Si les communautés de communes ou d’agglomération induisent un meilleur maillage territorial, cette transition ne s’est pas accompagnée d’une démocratisation qui aurait dû être nécessairement mise en œuvre. En effet, le conseil des EPCI reste formé de délégués des communes, fléchés lors de la constitution des listes municipales, qui choisissent en leur propre sein leur président et vice-président.

Dans les territoires, de nombreux citoyens souhaiteraient s’exprimer directement sur le fonctionnement des EPCI, à l’image du fonctionnement des communes, qui restent aujourd’hui la circonscription administrative la plus appréciée de nos concitoyens.

C’est la raison pour laquelle j’ai cosigné une proposition de loi qui vise à étendre au suffrage universel direct l’élection du seul président d’EPCI à fiscalité propre, donnant ainsi la parole aux citoyens sur la gestion de ces établissements publics ; les vices présidents étant élus, comme aujourd’hui, au sein du conseil communautaire.

Restons en contact 

Besoin de me contacter ?
N’hésitez pas !

Consultez la liste de mes permanences parlementaires 
ou écrivez-moi directement.

En lien avec Bernard Bouley

Twitter Social Icon Rounded Square Color

Twitter Social Icon Rounded Square Color